Menu

Ravneet Chowdhury, CEO de la Bank One : "Le secteur financier a besoin de grimper dans la chaîne de valeur..."

In: Finance | December 2018

Interview de Ravneet Chowdhury, CEO de Bank One - Défi Quotidien - 8 novembre 2018

Bank One fête cette année ses 10 ans d’existence à Maurice. Dans quelle mesure les opérations de la banque ont-elles évolué à Maurice ?

Fruit d’un partenariat entre le groupe CIEL à l’île Maurice et I&M Holdings au Kenya en 2008, Bank One a choisi, dès le début, de desservir les quatre principaux segments bancaires dont : la banque de détail, les services bancaires aux entreprises, la banque privée et l'international. Elle est aujourd’hui reconnue comme étant une banque solide à forte croissance et elle a été classé 28ème entreprise la plus rentable à Maurice par le ‘Top 100 Companies’ en 2018.

Bank One fournit une large gamme de produits et services bancaires à ses clients grâce à une bonne couverture géographique comprenant 13 agences et un réseau de guichets automatiques bien situé à travers l'île. Elle a également acquis au fil du temps une solide réputation pour ses services de trésorerie et une forte proposition de valeur pour le commerce électronique. Reconnu par Visa pour les meilleures pratiques en matière de gestion du risque lié au commerce électronique, Bank One continue d’étendre son réseau de partenaires et a intégré plus récemment MasterCard et UnionPay.

Il est important de souligner également l’esprit d’innovation qui nous anime depuis toujours. Au fil des années, Bank One fut la première banque à Maurice à :

  • Lancer les cartes prépayées ;
  • Migrer toutes ses cartes bancaires vers la technologie de la carte à puce ;
  • Lancer un compte d’épargne dédié aux femmes ;
  • Lancer une carte prépayée qui contribue à la protection de notre crécerelle nationale ; et
  • Proposer une offre d’investissement en architecture ouverte aux clients fortunés.

Ces initiatives et bien d’autres encore, couplées à une vision claire de ses dirigeants et son équipe de professionnels accomplis, ont permis à la Bank One de rester fidèle à son engagement envers la satisfaction de ses clients, ce qui fait sa force.

Quels sont les défis auxquels font face les banquiers en ce moment ? 

L’exiguïté du marché local demeure une contrainte pour les opérateurs du secteur bancaire qui se tournent de plus en plus vers le continent africain pour de nouveaux marchés porteurs. Cependant, le marché africain n’est pas un bloc monolithique et requiert une vraie connaissance des réalités terrains. De par ses actionnaires, le groupe CIEL et I&M Holdings qui possèdent d’importantes opérations bancaires à Madagascar, au Kenya, au Rwanda et en Tanzanie, Bank One est bien placée pour bénéficier de ces opportunités et un accès privilégié au continent africain.

Nous assistons également à une évolution considérable de l'environnement bancaire au niveau global et un renforcement des exigences des régulateurs dans plusieurs domaines. Les banques locales doivent, ainsi, faire face à une augmentation considérable des coûts de conformité tout en maintenant une profitabilité saine et assurer la pérennité de leur entreprise.

Par ailleurs, afin de maintenir l’attrait et la compétitivité de la juridiction Mauricienne, le secteur financier a besoin de grimper dans la chaîne de valeur afin de répondre aux exigences d'une clientèle sophistiquée. Pour cela, on a besoin d’attirer des professionnels de haut calibre dans des domaines de forte spécialisation afin de former nos effectifs locaux dans le moyen terme. Il y va de l’avenir de notre secteur financier pour demeurer pertinent et concurrentiel dans un monde qui évolue rapidement.

Ces dernières semaines ont été dynamiques sur la FinTech et la Sandbox Regulatory License, estimez-vous que cela redéfinira le secteur financier ? 

En effet, le secteur financier passe par une phase cruciale et elle besoin de se réinventer face aux défis venant des opérateurs FinTech ou d’autres secteurs d’activités qui tenteront de grignoter ses parts de marché en misant sur les nouvelles technologies et le changement de comportement des clients. La Sandbox Regulatory License permet déjà aux opérateurs de se lancer en attendant la mise en place d’un cadre règlementaire spécifique à la FinTech ou à la technologie blockchain entres autres.  

Chez Bank One, nous croyons fermement qu’il nous faut être à l'avant-garde de l’évolution numérique afin d’accroitre notre poids sur le marché.

Comment Bank One se démarque-t-elle des autres banques commerciales à Maurice ? 

Bank One est l’une des banques relativement jeunes à Maurice, mais elle se fraye déjà un chemin afin de devenir un des principaux acteurs de l’île. Nous voulons nous positionner, non pas comme la plus grande banque, mais comme la meilleure banque et développer un avantage concurrentiel en faisant de Bank One le meilleur endroit où nos équipes peuvent travailler et s'épanouir.

Nous sommes convaincus que nos équipes demeurent notre meilleur atout et nous parviendrons à créer une culture à rendement élevé si nous avons un personnel profondément engagé. Ainsi, en créant un environnement favorable à l'épanouissement de nos collaborateurs, nous arriverons à mieux servir nos clients. Et si nos clients bénéficient d'une qualité de service exceptionnelle, ils choisiront Bank One comme la banque privilégiée avec laquelle ils souhaitent faire affaire. Cela en soi conduit à la croissance et au succès.

Nous pensons également que la technologie est un élément clé de l’équation et, pour cette raison, nous adoptons pleinement la vague numérique afin d’offrir la meilleure expérience client possible. En effet, le client reste au centre de nos préoccupations et toutes nos initiatives visent à améliorer son expérience.

Nous croyons fermement que si nous prenons soin de nos employés, offrons un service exceptionnel à nos clients et restons à la pointe de la révolution numérique, Bank One émergera comme une des banques les plus fortes sur le marché dans les prochaines années.

Quels sont les projets futurs de la Bank One ?

En ligne avec sa stratégie de digitalisation, la banque s’est dotée des ressources nécessaires afin d’assurer une intégration cohérente des différentes initiatives digitales entreprises, tout en prenant en compte l’évolution de la culture de nos collaborateurs, une optimisation de nos processus internes et une refonte de notre système informatique.

Actuellement, plusieurs projets relatifs au digital ont été initiés dont la migration complète du système informatique vers une nouvelle plateforme ainsi que l’intégration d’un module omni canal. A cela s’ajoute d’autres initiatives tels que l’eStatement, une digitalisation du processus d’ouverture de compte ainsi que les demandes de prêts entre autres.

Il faut préciser que ces initiatives s’inscrivent dans le moyen terme et les résultats seront visibles graduellement dans les mois qui suivent.

Follow Our Stories