Menu

Interview de Guillaume Passebecq, Head Private Banking and Wealth Management chez Bank One par Investor's Magazine

In: Finance | October 2017

Interview de Guillaume Passebecq, Head Private Banking and Wealth Management chez Bank One par Investor's Magazine : “Les clients fortunés recherchent de l’indépendance, une flexibilité et un tarif adapté »

Guillaume Passebecq qui a été nommé Head of Private Banking à Bank One, il y a environ 5 mois évoque, pour Investor’s, la tendance actuelle en termes de Private Banking dans le monde. Il nous parle aussi de la généralisation de « l’architecture ouverte ». 

Investor's Magazine : Pouvez-vous nous parler des offres de Bank One en termes de Private Banking ? 

Guillaume Passebecq : Le choix stratégique de Bank One est l’architecture ouverte. Il s’agit de laisser aux clients, la possibilité de choisir parmi l’univers des fonds d’investissements, celui qui aura la meilleure performance et politique de gestion, en toute indépendance.

Le choix de Bank One n’a pas été de mettre en place ses propres fonds d’investissements. Aujourd’hui, la compétence des gérants se trouve de plus en plus dans des sociétés de gestion que ce soit sur le plan local ou international. Aujourd’hui à Maurice, nous avons des sociétés de gestion qui ont des offres très intéressantes, comme IPRO ou encore AXYS. L’idée était de choisir les fonds d’investissements qui ont le meilleur potentiel pour le client, en toute indépendance. Aujourd’hui les choix stratégiques des banques en Europe ou encore en Asie est, d’ailleurs, de ne plus avoir réellement d’offre d’asset management au sein de la banque, mais de choisir des assets managers extérieurs qui sont des spécialistes dans leurs marchés respectifs.  

Fort de votre expérience, pensez-vous qu’il existe un engouement pour le Private Banking à Maurice ? 

Guillaume Passebecq : Oui et j’ai accompagné cet engouement depuis 2014 à Maurice. Il y a un engouement et de l’attente des clients internationaux sophistiqués pour une offre de gestion indépendante et performante. C’est pour cette raison que nous proposons une offre sur mesure. Aujourd’hui, les clients fortunés recherchent de l’indépendance, une flexibilité et un tarif adapté.

Pensez-vous qu’il y ait, un intérêt particulier pour une clientèle étrangère pour Maurice dans ce domaine ? 

Guillaume Passebecq : Déjà, Maurice est un hub financier international avec un pouvoir attractif que ce soit sur les clients européens ou encore africains. D’ailleurs, chez Bank One nous sommes présents sur l’Afrique et sa périphérie à travers des établissements et des partenaires en relation avec nos actionnaires qui sont I&M Bank au Kenya et Ciel Finance qui détient une participation dans BNI Madagascar par exemple.

Les clients privés recherchent aujourd’hui de réels partenaires dans la durée. Les valeurs sont, il est important de le noter, un élément clé dans le domaine du Private Banking. Par exemple, si le client voit que la banque ne propose que des produits maison, il comprend très vite qu’en termes d’indépendance, on peut mieux faire !

L’ambition de Maurice est de devenir un vrai centre reconnu au niveau de la banque privée. Le marché n’est pas encore mature, nous ne sommes pas encore à la hauteur de Singapour ou Dubaï, par exemple, mais Maurice se positionne dans la bonne direction.

Quel est le potentiel du marché africain dans le développement du Private Banking à Maurice ? 

Guillaume Passebecq : Les chiffres le démontrent, L’Afrique est un continent à croissance avec de forts potentiels et nous accompagnons ce potentiel. On voit d’ailleurs de plus en plus de clients privés africains qui sont à la recherche de solutions sophistiquées et Maurice est bien positionné pour en tirer profit

Follow Our Stories