Menu

Festival Ile Courts : 3 conseils de David Constantin pour réaliser un court-métrage

In: CIEL Group | October 2017

Dans le cadre du Festival Ile Courts qui se tiendra du 10 au 15 octobre 2017 à Maurice, nous avons posé 3 questions à David Constantin, réalisateur mauricien connu pour ses nombreux films à travers le monde. Si vous souhaitez vous lancer dans la réalisation d'un court-métrage, voici ses conseils :

Comment écrire un bon storyboard ?

David Constantin : Il faut d'abord avoir un bon scénario! Même si au final un film c'est de l'image et du son, on ne peut pas se passer de ces étapes écrites préliminaires: scénario et storyboard. La difficulté est de visualiser chaque image de son film, d'imaginer les décors, les personnages etc... Un storyboard est très fastidieux à faire, une image pour chaque plan, surtout si on ne dessine pas bien, ce n'est pas toujours évident. Au début je conseille plutôt de faire des plans au sol: un plan sommaire du décor vu d'en haut, dans lequel je place mes personnages et mes emplacements de caméra plan par plan. Ça permet d'avoir rapidement une vue d'ensemble, du nombre de plans nécessaires et des contraintes techniques.

Comment réaliser un film avec son smartphone ?

David Constantin : Le smartphone est un très bon outil pour débuter car il est tout de suite accessible et simple d'utilisation. Par contre un smartphone c'est un peu comme une savonnette: ça glisse ! Donc il faut trouver un moyen de faire des images stables. Le top c'est d'avoir un trépied pour smartphone, sinon du blue tac sur la table ça marche aussi...

Le point faible du smartphone c'est le son: dès qu'il y a du vent ou si la personne qui parle est à plus de 10 cm, on n'entend pas bien, donc évitez les longs monologues en extérieur, privilégiez plutôt des dialogues en intérieur avec la personne proche de l'appareil et des plans sans dialogue à l'extérieur.

Comment réaliser un court-métrage seul ?

David Constantin : Un film c'est un travail d'équipe. L'idéal c'est d'être au moins deux: un qui s'occupe de la technique, l'autre qui s'occupe du contenu. Si on est tout seul, c'est un peu moins compliqué de se lancer dans un documentaire plutôt qu'une fiction. Cela dit on est rarement vraiment seul, il y a bien toujours un ami ou un parent pour donner un coup de main. Si on est seul c'est du coup encore plus important d'avoir bien tout préparé sur papier au préalable: quels plans je vais filmer ? Où je vais placer ma caméra ? Donc il faut faire des repérages au préalable, aller sur les lieux et essayer de visualiser, de répéter les mouvements et les plans avant de se jeter à l'eau. Il ne faut pas non plus hésiter à prendre le temps de re-regarder chaque prise après l'avoir filmée pour s'assurer que tout est bien sur le téléphone, qu'on n'a pas oublié d'appuyer sur REC ou qu'on n'a pas mis le pouce devant l'objectif.   

Follow Our Stories