Menu

Dossier Business Magazine : CIEL poursuit son offensive africaine

In: CIEL Group | August 2017

Dossier Business Magazine No 1298 - août 2017

Avec un chiffre d'affaires de Rs18,53 Mds au 30 juin 2016, CIEL est en 3e position du Top 100 Companies. Une performance liée, notamment, à ses activités sur le continent africain, où le groupe s'affirme de plus en plus.

Le groupe CIEL, par biais de son pôle santé CIEL Healthcare, a, en mars 2017, fait l’acquisition de Gold Cross Hospital au Nigeria, à travers Hygeia Nigeria Ltd, dans lequel il est actionnaire à 22,81% (parts acquis pour un montant de USD 16 millions). CIEL s’intéresse en effet de plus en plus au continent Africain pour ses perspectives d’expansion – comme le font de nombreuses entreprises locales d’ailleurs. La présence africaine du groupe est dispersée sur quatre segments : Agro & Property, Textile, Finance et Healthcare.

L’Afrique est, pour CIEL, un continent propice aux investissements, avec des opportunités de croissance majeure dans des économies à forte croissance, explique Jean-Pierre Dalais, Group Chief Executive de CIEL. Les raisons pour cet engouement sont multiples. On retrouve, entre autres, 7 pays africains parmi les 10 économies les plus dynamiques au monde – 2010-2015 (source : Ernst & Young) ; les dépenses de consommation des africains devraient presque doubler d’ici 2020, le fait que l’Afrique a la plus forte croissance de la classe moyenne au monde (source : UHY International) et également les attentes que l’Afrique sera en tête de liste en terme de croissance démographique d’ici 2050 (source : Nations Unies).

Les opportunités à saisir sont nombreuses. Jean-Pierre Dalais constate dans le secteur de l’agro-industrie une abondance des terres exploitables et un marché captif au niveau du sucre – avec 65% de la main-d’œuvre africaine qui travaille dans l’agriculture. Idem pour le textile, avec une main-d’œuvre accessible et qualifiée à portée de main. Alors que dans le secteur financier, le moment est propice pour déclencher un fort potentiel de croissance. Les raisons avancées par Jean-Pierre Dalais sont le faible taux de bancarisation en Afrique sub-saharienne, qui était de 18% en 2013. A Madagascar par exemple, seulement 5% de la population détient actuellement une carte de crédit. « Il y a de nouveaux marchés à conquérir et services à développer notamment dans le mobile banking », soutient Jean-Pierre Dalais.

Quant à l’expansion du groupe au Nigeria dans le secteur médical, il s’explique par la forte demande pour les besoins de santé avec l’augmentation de la population et de la classe moyenne qui peut désormais s’offrir des soins de santé privés. En se positionnant sur ce marché, CIEL vise à combler le fossé au niveau des prestataires existants ou des opérateurs publics.

« L’Afrique est vaste et diverse, les opportunités sont nombreuses. Il y a de la place pour tout le monde mais il faut savoir nous positionner. Maurice bénéficie d’accords privilégiés avec certains pays africains, avec le réseau d’accords de non-double imposition et également la mise en place des ZES. Le pays peut aussi devenir un partenaire stratégique grâce à son positionnement idéal entre l’Asie et l’Afrique », indique Jean-Pierre Dalais.

Malgré le potentiel brut de l’Afrique, que ce soit en termes d’agriculture, de main-d’œuvre ou encore de technologie, peu d’entreprises mauriciennes ont vraiment osé faire le grand saut – un fait que Jean-Pierre Dalais attribue à une méconnaissance du continent africain. Outre des craintes autour des risques politiques et économiques, la fluctuation des devises africaines pèse également, explique-t-il.

Entreprendre en Afrique nécessite le besoin de partenaires locaux sérieux et expérimentés et d’avoir une entreprise assez solide pour pouvoir prendre des risques car l’Afrique reste un continent où les investissements peuvent être exposés, observe Jean-Pierre Dalais. Il ajoute que CIEL compte poursuivre son développement à l’international dans les secteurs existants. L’idée est de poursuivre en particulier, la croissance africaine du groupe dans les secteurs de la finance et de la santé qui offrent de belles perspectives.


Un modèle multipolaire
Agro & Property

Le groupe CIEL a investi dans le secteur de l’agro-industrie en Afrique avec des investissements en Tanzanie et au Kenya à travers Alteo, qui est une société associée de CIEL à hauteur de 20,96%. Le chiffre d’affaires au 30 juin 2016 de TPC Limited (Tanzanie) s’élevait à MUR 2,3 milliards, alors que le chiffre d’affaires au 30 juin 2016 de Transmara Sugar Co Limited (Kenya) était de Rs 1,4 milliards.

Textile

La Grande Ile héberge toutes les activités du pole textile du groupe en dehors de Maurice et de l’Asie. Aquarelle Group, Tropic Knits Ltd & Floreal International ont 6 usines à Madagascar avec un nombre de plus de 7,000 employés.

Finance 

Les investissements du pole finance sont dispersées sur plusieurs pays africain et différents secteurs. CIEL Finance détient 31.8% du capital de BNI Madagascar, au travers d’investissements directs et indirects. La banque, qui emploie plus de 900 personnes, a enregistré un résultat net de MGA46 milliards pour le bilan financier se terminant au 31 décembre 2016. Dans le domaine du Private Equity, CIEL est présent en Tanzanie, à Madagascar, en Zambie, au Kenya, en Ouganda et au Rwanda à travers les fonds Kibo. La gestion d’actifs et de fonds communs de placement se fait à travers IPRO, présent à Maurice et au Botswana, alors que MITCO, présent à Maurice et en Afrique du Sud, opère comme un « one-stop shop » pour la fiscalité internationale, la planification globale successorale, la fiducie, la comptabilité et les services d’administration de fonds et d’entreprises.

Healthcare 

CIEL, à travers CIEL Healthcare, a investi environ $16 millions pour l’acquisition de Hygeia Nigeria Limited en janvier 2016. Celle-ci gère 3 hôpitaux, 4 cliniques, 9 cliniques sur site et 1 assurance sur le marché nigérian. Alors que L’International Medical Group Limited (IMG) en Ouganda gère 1 hôpital, 14 cliniques, 8 cliniques sur site, 1 assurance. Ce qui amène le nombre d’employés en Afrique du segment Healthcare à environ 1200.

Continue Reading

Follow Our Stories